mardi 19 février 2019

vendredi 1 février 2019

Dodefondo



Voilà un challenge sympa :
"Dodefondo, l'aventure d'une année "

Je ne vais pas broder pendant 4 heures et je vais vous renvoyer directement sur le site suivant ou vous trouverez toutes les explications nécessaires .

En gros, le défi est le suivant :

"Réaliser chaque mois, pendant un an, une épreuve de grand fond soit (à minima) : un marathon à pied ou 200 kil en pédalant ou grimper 3500D+ avec ou sans dossard en continu à allure libre. Seule la distance compte vous réussirez alors le Dodéfondo = Dodéca (12 en grec) + Fondo (Gran fondo)"

Dans les faits, rien de bien méchant. Mais pour quelqu'un comme moi, au physique défaillant, cela va demander une gestion et une anticipation de tous les instants.

Côté gestion, je ne vous fais pas de dessin. Côté anticipation, là, faut peut être préciser. 
Je me connais suffisamment pour savoir que si j'ai la chance de pouvoir m'aligner sur l'ultr'Ardèche (pas encore certain, vu que j'ai les tendons qui grincent et le dos qui couine ...), je finirai, quelque soit le résultat , blessé pour un temps plus ou moins long. 
Je devrais donc enchaîner avec du vélo. Mais réaliser 200 bornes de bécane pour un (pratiquement) débutant comme moi, c'est pas gagné . Je devrais anticiper une préparation adéquate sur route alors que je me suis donné des objectifs VTT . 

Je sais , faudrait savoir ce que je veux. Ben moi, je veux le beurre , l'argent du beurre , la crémière et toute la ferme dans la foulée. Avec tous ces objectifs, il y en a bien un que je vais réussir !

En attendant, j'ai déjà validé 2 Dodéfondos:



Le premier , lors du trail des gueules noires en décembre. 
Le second , lors d'un off que j'ai pu réaliser la semaine dernière et dont voici le parcours :

 


 

Le troisième devrait se jouer à Gruissan (Gruissan Poli Trail)


Le quatrième à Loos (6h de Loos) 


Le cinquième en Espagne (Trail du cap de Creus)



Le sixième lors de l'ultr'Ardèche.

Pour la suite , le vélo prendra le relais .  

Cela fait deux semaines maintenant que la neige vient perturber mon entraînement. J'arrive à me gérer pas trop mal lorsque je peux alterner les disciplines , mais cette conne de poudreuse m'empêche de faire du vélo et m'oblige à courir tous les jours. Verdict : j'ai mal un peu partout.

Heureusement, la période est riche en réunions et je suis obligé de faire sauter quelques séances mais j'espère pouvoir reprendre un entraînement normal rapidement. Cela ne dépend malheureusement pas de moi ...


dimanche 30 décembre 2018

Bilan 2018

L'année 2018 en chiffres , c'est ici !
Une belle année avec quelques nouvelles références.

Rappel des souhait pour 2018 :

"Une priorité absolue : tenter à nouveau une longue épreuve . Je vais y ajouter une difficulté supplémentaire : le temps limite qui pourrait poser problème (36 h).   La cible est identifiée et elle ne sera pas simple : l'ultrathlétic Ardeche.

J'irai affronter ce défi avec une préparation façon "ironman". Je ne peux plus me permettre d'enchaîner des sorties longues en course à pied. Je vais donc pouvoir apprécier les effets du vélo sur les épreuves au long cours .
Je suis prêt à assumer les répercussions physiques qui apparaîtront après la course. Les émotions éprouvées valent bien ce sacrifice.

Avec mon récent déménagement, j'ai accès à des parcours plus vallonnés. Je me suis trouvé une sortie d'une quinzaine de bornes avec 400 m D+. Ce n'est pas l’Everest mais je vais pouvoir ainsi travailler davantage le dénivelé.
Grace à cette possibilité, je vais tenter une épreuve emblématique de début de saison sudiste: le trail aux étoiles (ou ceven'trail) . 62 kms, 2500 m D+. Pas un cadeau pour un adepte comme moi du monotone plat des canaux.

Pour le reste, j'ai surligné quelques épreuves par ci par là comme le trail du caillou (février), celui des 3 vallées (mars) ou celui de Chimay (mars) . Tout dépendra finalement de mon pied.
Pour ne pas briser la tradition, je participerai à mon marathon annuel. Cette année, l'heureux élu sera celui de Paris en avril pour accompagner un copain.

 Enfin , j'aimerais m'inscrire à une épreuve de natation en eau libre. Les 5 kms de Paris me tente énormément. Si j'arrive à trouver des créneaux pour me déplacer à la piscine, je m'y inscrirai.

Je ne fais aucune prévision pour la seconde moitié de saison . Je sais que l'ultrathlétic Ardéche laissera des traces . en fonction de celles ci , j’établirai de nouveaux objectifs ( le duathlon infernal de Kasterlee me fait de l’œil !)

Voilà pour cette année et c'est déjà pas mal ! "

Conclusion :

Les objectifs n'ont pas été remplis. C'est une certitude. Pour autant, ce fut une excellente année.




J'ai d'abord commencé par gagner le trail du caillou avant de me diriger vers le ceventrail finalement annulé à cause du mauvais temps. En compensation, j'ai voulu faire en off le trail de
Gruissan qui m'a déclenché une sciatique et m'a arrêté pendant de nombreuses semaines ruinant mes chances de m'aligner sur l'épreuve ardéchoise.
Privé d'objectif prioritaire et ne pouvant pas courir , j'ai basculé sur des défis :

 

- cyclistes . J'ai donc réalisé de nombreuses randos VTT et cyclos dont l'apothéose fut la reid , véritable marathon VTT (95 kms , 2700 m D+).
- et d'eau libre : J'ai ensuite axé l'entraînement pendant quelques semaines sur l'endurance en natation pour aboutir au 5 kms de l'open swimstars de Paris que j'ai plié en 1h13.

L'été approchant, j'ai repris la course à pied axant les séances sur la qualité plutôt que la quantité avec comme objectif principal de gagner le trail extrême lillois.



Malheureusement, lors de la première course de préparation (semi marathon de Marcq en Baroeul) je me suis blessé au talon d'Achille. Pour autant, j'y ai battu mon record sur 10 kms ...
Rebelotte, direction le cyclisme et la natation pendant 7 semaines .

 

Après les vacances de Toussaint, retour à la course à pied pour commencer à préparer l'ultr'Ardèche 2019 . Première course de prépa : le trail des gueules noires que je termine sur le podium.

Outre ces références , j'ai aussi pu tester cette année les courses horaires en VTT et le run and bike avec mon fils . Pas mal de nouvelles expériences .

Finalement, la chose dont je suis le plus fier , c'est le nombre d'heures de pratique : 550 h en 2018, record explosé.

Les courses :

en course à pied :
la marathon de Paris pour aider Yohan
le semi marathon de Marcq en Baroeul
le trail du caillou (31 kms) et celui des gueules noires (53 kms)

en deux roues :
17 randos VTT ou cyclo sportives

en natation :
l'open swimstars de Paris 5 kms

en Run and Bike :
le RB d'Erquelinnes

Les blessures :

pas grand chose de grave : une sciatique et une lésion du tendon d'Achille.

Le kilométrage :

en course à pied :

2010 : 2004 kms
2011 : 2223 kms
2012 : 3231 kms
2013 : 2417 kms
2014 : 2540 kms
2015 : 2807 kms
2016 : 2398 kms
2017 : 1712 kms
2018 : 2343 kms . Pas mal du tout compte tenu de l'alternance avec les autres sports ! (211 heures)

en vélo :

2010, 2011,2012,2013,2014 : 0 km
2015 : 1318 kms de vélo route ou home trainer , 2504 kms de VTT soit un total de 3822 kms.
2016 : 1390 kms de vélo route ou home trainer , 3320 kms  de VTT soit un total de 4710 kms.
2017 : 5720 kms de vélo route ou home trainer , 1665 kms  de VTT soit un total de 7385 kms.

2018 : 1895 kms de vélo route ou home trainer, 4339 kms de VTT soit un total de 6234 kms.
Moins que l'année dernière en terme de kilométrage mais plus en terme de temps  (305 heures)

en nageant :

2015 : 183,5 kms
2016 : 115,5 kms
2017 : 106,4 kms

2018 : 95,5 kms
De moins en moins de natation , expliqué (en partie) par les difficultés à trouver des créneaux compatibles avec les obligations professionnelles et familiales.

Soit un total de 548 h 45 minutes en 2018
2011 : 204 h
2012 : 264 h
2013 : 217 h
2014 : 335 h
2015 : 505 h 
2016 : 482 h
2017 : 475 h

 Et pour 2019 ?





Un objectif prioritaire : l'ultr'ardèche en mai 2019.

 

Pour le reste , qu'importe. Avec mon nouveau VTT , j'aimerais tester à nouveau un marathon VTT.

 

En natation, peut être les 10 bornes de l'Open Swimstars de Paris. 
Et bien évidemment, le traditionnel marathon annuel que je n'ai pas encore identifié.
 

Trail des gueules noires

C'est parti pour la préparation de l'ultr'ardèche en mai 2019. Un beau morceau : 222 kms, 4600 m D+ sur route en moins de 36 heures.
N'étant plus capable d'encaisser une préparation essentiellement basée sur la course à pied, je vais tenter un entraînement croisé ou le vélo occupera la majorité des heures d'effort.
Depuis cet été, je n'ai fait que deux sorties longues d'une trentaine de kms puis , beaucoup de VTT , de natation, et des sorties quotidiennes voire biquotidiennes.
J'ai donc voulu m'aligner sur une épreuve d'une cinquantaine de bornes pour voir les effets du début de la prépa sur mon endurance. J'ai donc opté pour le trail des gueules noires (53 kms 1950 m D+) qui m'avait laissé , il y a 3 ans,  un goût paradoxal dans la bouche .



Objectif : gérer ma course , finir sans me blesser et voir si j'arrive à tenir les 20 derniers kms sans m'effondrer.

Le départ est lancé sous une belle averse de pluie. Fidèle à ma stratégie initiale je m'élance en fond de peloton ou je trottine tranquillement au milieu des autres concurrents.
je connais cette course, ses difficultés : un balisage léger , un dénivelé éreintant, un dévers fuyant et une boue glissante.
Voilà 3 ans , je m'étais perdu à de multiples reprises, j'avais explosé après un départ beaucoup trop rapide et je m'étais promis de ne plus jamais revenir.
Oui mais voilà, il fallait bien admettre que l'épreuve était belle , associant tout ce que je peux aimer en trail, façon course de sanglier.

Au bout de 2 kms , en pénétrant dans la première forêt, le peloton s'égare et j'arrive pile au moment ou certains coureurs retrouvent le fil du parcours. Sans forcer, sans accélérer je viens de gratter 150 places.
Je me retrouve 6 ème d'un petit groupe .



L'allure n'est pas rapide, je m'en étonne, gardant en mémoire la folle chevauchée de début de course d'il y a 3 ans.
En accélérant un petit peu, je prends les commandes du peloton persuadé d'être en tête de l'épreuve.



J'arrive ensuite au gros morceau du parcours : l’ascension du terril . En 2015, cette colline charbonneuse m'avait achevé car placée en fin de circuit. Cette année , le sens du tracé a visiblement été inversé et il est clairement plus facile de ce farcir ce raidar lorsque les jauges d'énergie sont pleines !



Jusqu'au premier ravito ( km 21)  , je garde la tête du peloton avec quelques secondes d'avance. Nous montons , nous descendons, nous nous faufilons sous les branches basses. La course n'est pas toujours aisée avec un nombre infini de portions en dévers. Quelques ascensions se font à 4 pattes à la recherche de racines sur lesquelles trouver un appui stable. Nous devons même nous faufiler en tre les barbelés . A cette vitesse , les kms défilent lentement.

 

De mon côté , je reste fidèle à ma stratégie initiale : monter en retenue, sans s'essouffler et relancer à chaque fois que cela est possible.
En croisant des marcheurs , on m'annonce que je suis finalement 6 ème et qu'un groupe de 5 est très loin devant ("c'est pas la peine que tu forces trop" dixit un des randonneurs !)
Qu'importe. Il y en a bien un qui peut exploser comme moi en 2015 .

 

Les côtes s'enchaînent. Parfois suivant le cour d'un chemin,  parfois au milieu de rien . Les portions planent s'avèrent rares et je m'efforce de courir sur de longs faux plats montants.



Le second ravito approche . Pour y accéder ... la galère. Une zone défrichée à franchir, des tronc à enjamber, des souches à éviter et du dévers, toujours là, faisant grincer les adducteurs.



j'aime ces courses ou s'imbrique des parties urbaines et forestières ou la ville est venue épousée le profil de la nature au lieu de le dénaturer.

Au grès des kms, je rattrape des concurrents et je me retrouve 3ème en maintenant mes 10 km/h de moyenne. J'arrive au second ravito (km 42) au moment ou le second s'en échappe soutenu par une belle foulée aérienne.

 

La suite du circuit fut plus simple : moins de côtes, plus de portions planes ou descendantes mais aussi moins de jambes et d'énergie . Je ne vois personne derrière , personne devant non plus.
Vers le 48 ème, j'aborde un pré , encore un , d'abord plat puis bien raide jusqu'à un portillon de sortie.
Je décide de placer une accélération sur cette portion afin de m'extraire de cette zone sans être vu par mon éventuel poursuivant. Un regard en arrière au portillon. Je suis toujours seul et je sais enfin que je vais finir sur le podium.



Ce n'était pas prévu mais c'est toujours bon à prendre.
Quelques kms pour pouvoir profiter au maximum, une dernière côte et je pénètre dans la salle d'inscription qui fait aussi office de lieu d'arrivée en 5h17 , soit 51 minutes de moins qu'en 2015.

Côté organisation :

 

- parcours exigeant, mélangeant l'urbain et le forestier : Courir en pleine forêt ... sur le bord de l'autoroute . Grimper quelques marches en ville pour se retrouver au milieu de la cambrousse ... Trottiner en pleine forêt et devoir franchir les glissières de sécurité d'une route pour pénétrer à nouveau dans massif forestier. Ces deux aspects sont présents, imbriqués constamment dans ce circuit.
- balisage : mieux qu'en 2015 avec une meilleure anticipation des changements de direction mais quelques couacs tout de même ( le scotch orange n'est pas très visible au milieu des couleurs hivernales). En le sachant, je suis resté sur mes gardes pendant toute l'épreuve.
- ravitos : au nombre de deux (vers le 20 ème et le 40 ème), suffisamment fournis.
- prix d'inscription à la belge : 12 euros les 50 bornes avec une assiette de spaghetti et une boisson à l'arrivée.
- merci aux bénévoles et aux photographes.



Côté perso :


 

- visiblement , la prépa a fonctionné et je vais donc poursuivre dans cette direction si le temps le permet ... On rentre dans la mauvaise période pour le vélo et la piscine va fermer pour travaux .
- Prochaine étape : le Gruissan Poli Trail mi février . Même distance, même dénivelé . Moins de boue et plus de pierres.



dimanche 25 novembre 2018

Run and bike d'Erquelinnes



J'ai remarqué un truc . Chaque fois que je fais une course , je me fais mal. C'est automatique.
Face à ce constat, il m'arrive parfois de pleurer ; comme un gilet jaune avec du gaz lacrymo dans la gueule .

J'ai remarqué aussi que mon intérêt pour les courses diminue de plus en plus pour ne se centrer que sur les plus gros défis. A la façon d'une brigade de CRS sur les Champs Élysées.

Du coup, je reste dans mon coin et je m'entraîne peinard dans ma forêt ou quelques chasseurs viennent parfois me déloger . Heureusement , ils restent jamais longtemps , leur cinquième sens repère bien vite l'absence de vinasse dans le bosquet.

Tout ce bois, coincé entre Jeumont et Bersillies l'abbaye m'appartient. J'en suis le gardien, le garant de sa préservation. Chaque arbre me rappelle une anecdote : "tient, j'ai déjà posé une bouse là ! et là aussi !" La poésie emplit ces lieux ou règne toute l'année une ambiance chaleureuse. Il est vrai que ces chaudasses de chevrettes (femelle du chevreuil , c'est la partie culture de l'article) y sont pour beaucoup à force de faire gesticuler leur croupe blanche à tout bout de champ.

Oui, mon bois, c'est comme le moulin rouge ,les poils en plus.

Alors quand je pénètre dans ce microcosme de nature, faut pas m'emmerder. Je repère à 50 mètres la moindre intrusion suspecte. Souvent ce sont des scouts. Je dis trop rien, conscient que leur uniforme  est déjà une trop grande punition. Mais parfois, je repère des signes . Une rubalise ou une flèche absente la veille mais apparue pendant mon absence. Des lettres, tracées à la peinture fluo. Tous les symboles d'une invasion imminente à grande échelle.

Vu que mon royaume ne dispose que d'un seul habitant , je n'ai pas encore pu développer un réseau d'espions assez efficace. J'ai pourtant essayé mais ces cons de crapauds ne sont pas foutus de comprendre croa que ce soit et les hibous ne connaissent même pas leur forêt ("hou hou").

Vu que mon royaume ne dispose que d'un seul habitant, je n'ai pas encore pu développer une véritable armée non plus . J'ai bien deux ou trois frelons asiatiques et quelques tiques bien teigneuses ...

Alors, j'ai dû improviser. Me la jouer agent du Maussade (c'est comme le Mossad mais à la frontière belge avec les nuages, la pluie ...) en infiltrant les membres de cette organisation appelée RB d'Erquelinnes .

Apprendre les coutumes de cette association fut difficile et c'est à ce moment là que j'ai compris combien les revendications des gilets jaunes étaient fondées : les pauvres hommes ne disposaient que d'un vélo pour deux.

Le malheureux sans bécane devait courir à côté de son copain et au bout de quelques mètres , dès que la pitié avait étouffé suffisamment le cycliste, le pauvre coureur récupérait le vélo. Ainsi de suite , sur tout un parcours de 10 ou 18 kms.



Il me fallait donc un assistant . Et j'ai fait appel au prince. Pas à Prince , il est mort et du coup il pédale pas très bien. Non , au fils du roi, à mon gamin quoi. C'était la seule personne qui avait un vélo à ma taille.



On a suivi les autres malheureux pour s'assurer qu'ils n'abiment pas mon territoire mais ils se sont contentés de le traverser respectant la quiétude des lieux.

Dans ma quête perpétuelle de cerner l'espèce humaine , je peux dorénavant affirmer que l'adepte du RB d'Erquelinnes possède un cinquième sens plus efficace que celui du chasseur. A eux, il ne leur aura pas fallut une journée pour comprendre que l'alcool était pas dans la forêt ...

Et sinon ?
L'épreuve étant organisée à côté de la maison , j'ai voulu la tester avec mon fils.
Franchement c'est sympa, cela permet de partager des moments tout en permettant à chacun de faire avancer le duo en fonction de ses capacités.
On a bien rigolé, on a joué le jeu en alternant régulièrement les phases de course et de vélo faisant passer le classement en arrière plan.
Un super moment père / fils.

Pour l'organisation, c'est à la Belge. Une heure de départ prévue ? pas de problème on la change au dernier moment !
Ou attend le cycliste ? Mettez vous par là ça ira !
 J'adore ça .

Pas de ravito durant l'épreuve , mais un organisé à la fin.
Un stand de lavage de vélo tenu par l'orga.
Des bénévoles sympas
Que demander de plus ?

Nous étions de nombreux madressien présents :

 

 Les frères Lebrun ont tremblé jusqu'au bout en voyant leur avance fondre comme neige au soleil. Ils nous ont tout de même devancé , faisant les malins en simulant une crevaison, une crampe ou en réalisant une pompe sur la ligne d'arrivée.

 

Le duo Charly / JF concourait dans la catégorie vieux débris et ils ont trouvé le moyen de se faire devancer par des débris plus vieux qu'eux ...

 

Le duo Fred / Dom, plus très jeune non plus a brillé tout autant.

Une super épreuve et un super concept , bien violent , qui ramone les poumons comme il faut !
Expérience à renouveler !!!

résultats ... ici
parcours :





mardi 6 novembre 2018

Nouveaux vélos

Les années passent et ma pratique sportive continue à évoluer. D'un sportif essentiellement axé sur la course à pied, je me transforme de plus en plus en véritable couteau suisse à 3 lames .
Ainsi, cela fait maintenant 3 ans que je pratique davantage de vélo que de course à pied durant une année civile (en temps comme en nombre de séances).

La principale différence entre ces deux sports , outre l'aspect porté du cyclisme, réside dans l'impact du matériel. Nul en course à pied, il devient énorme en vélo.
J'ai pu ressentir cette importance en abandonnant mes vieux alliés ( de galère !) pour m'offrir deux fougueuses montures.
L'effet fut saisissant. Tel un jockey à qui on aurait retiré un cheval de trait pour lui offrir un pur sang, les performances se mirent aussitôt à sensiblement augmenter.
A mon grand plaisir ... évidemment !

Voici mes achats :

En route :
LOOK 695 replica sram team 2012. Ancien vélo de l'équipe cofidis.



En VTT : 
CUBE reaction race  C:62

"Ce hardtail ultra performant porte les gênes de la compétition dans chacun de ses tubes : d'où la griffe "Race". Et oui, il est aussi rapide qu'il en a l'air. Avec son nouveau cadre pour 2018 et sa série d'équipements axés compétition, ce vélo possède tout ce dont un coureur ambitieux a besoin. Sa fourche Fox 32 Rhythm avec blocage au guidon, sa transmission et son système de freinage Shimano XT 2x11, et ses roues Answer Atac AM chaussées de pneus Schwalbe ne laissent pas de place au doute : voilà un vélo qui va vous permettre d'exprimer votre plein potentiel. êtes-vous prêts à vous donner à fond ? Car le Reaction C:62 Race l'est à coup sûr."



Deux jolis compagnons qui me permettront, je l'espère , de réussir de beaux objectifs dans l'avenir !

samedi 27 octobre 2018

VTT : rando de Neuf Mesnil 45 kms



Depuis la création de l'évènement, j'ai participé à toutes les éditions de cette rando des 4 clochers. Tantôt à vélo route , tantôt en VTT, j'ai pu découvrir toutes les évolutions apportées au différents parcours.

Aujourd'hui , je retourne sur le circuit VTT avec 45 kms au programme.
Au final, j'ai été déçu avec de trop longues portions roulantes sur les berges de la Sambre ou sur route.

J'habitais auparavant à Hautmont et je connais donc les impératifs que doivent affronter les organisateurs avec une obligation à proposer des liaisons pour atteindre les meilleurs spots de VTT du coin ( Forêt de Mormal ... ). Cependant, je préférais l'ancien parcours ...

2 ravitos complets ( dont un très tôt , au bout de 10 kms ! ), une riche tombola , une autorisation pour sillonner le parc de la centrale de Pont sur Sambre et des bénévoles sympas font que je reviendrai évidemment l'année prochaine pour participer à ce qui est devenu une tradition .