mercredi 13 juin 2018

VTT : rando des lacs de l'eau d'heure

Cela faisait quelques temps que je voulais découvrir les alentours des lacs de l'eau d'heure. L'occasion s'est présentée avec l'organisation d'une rando VTT à Erpion.



Parcours sympa en forêt, parfois difficile et technique mais plus roulant sur la fin. J'ai pu réaliser 2h30 de VTT pour 47 kms et 800 D+.

Côté organisation :
Balisage top et marrant (panneau "limitation à 50 km/h" dans la côte ),
3 choses à améliorer :
- prévoir une possibilité de départ plus matinale (8 h, ça fait assez "tard" et on s'est retrouvé nombreux à partir en même temps) quitte à ajouter une distance plus longue.
- limiter le nombre de ravitos à 2 (plutôt qu'à 3)
- et du coup, baisser le prix de l'inscription (5 euros)

Sinon, c'était chouette !

Prochaine étape :
Openswimstar de Paris (5 kms de natation en eau libre) et rando VTT des Longs Fjeus


lundi 4 juin 2018

VTT : la fontainoise 60 kms

 

C'est à Leernes près de Thuin qu'a eu lieu la désormais traditionnelle sortie dominicale en VTT . Aujourd'hui, je ne suis pas seul, Damien m'accompagne . Le néo homme de fer reprend son entraînement après quelques pépins physiques.



Au programme, 60 kms pour 900 m D+.
Un super parcours roulant qui nous a offert de belles côtes. Comme je n'ai pas eu l'impression d'emprunter des chemins privés, je me ferai un plaisir de refaire ce parcours en entraînement.



4 ravitos dont un surprise.
Bon balisage (bien qu'un couac au niveau du second ravito à Ham sur Heure ait perturbé pas mal de monde)
inscription un peu chère de 5 euros ( mais que l'on a retrouvé sur la qualité des ravitos)

Une bonne matinée !

vendredi 1 juin 2018

VTT : La reid




Tout un paradoxe.
Être fier de soit tout en étant humilié.
La performance a cette particularité qu'elle peut être jugé à l'aune de sa petite personne ou à celle plus globale du contexte de l'épreuve.

J'ai toujours été persuadé qu'un mec qui faisait 3 heures sur marathon avait 100 fois plus de mérite que celui qui se contentait de le finir en 6 h.
Mais tu ne peux pas dire ça David ! Le pauvre a souffert deux fois plus longtemps sur le bitume  ...
et mon cul , c'est du poulet ?

C'est comme si un matin, au réveil, je décide de couper les cheveux de toute la famille. Je suis un dingue, je veux devenir coiffeur !
A la fin de l'expérience , comment s'étonner que ma femme  ressemble à Bruce Willis, que je n'arrive plus à distinguer mon chien de ma fille et que mon fils n'ait plus qu'une oreille ?
Je me suis entraîné pourtant ! J'ai utilisé deux fois une tondeuse .
Cela paraît aberrant ? ben c'est pareil pour la course à pied.



S'entraîner tous les jours avant ou après le travail. S'entraîner quelque soit le temps , l'envie ou la fatigue apporte plus de crédit (à mes yeux) que la personne qui se découvre l'idée de faire un marathon sans y être préparé.

Alors, lorsque je réussis une épreuve et que j'arrive à me hisser sur un podium , je regarde s'égrainer le flot des finishers en attendant sagement que les quelques heures avant la remise des récompenses s'écoulent. C'est souvent long et parfois, le dernier concurrent est autant ovationné que le vainqueur. Hallucinant.

J'imagine bien ma femme , mes enfants  et mon chien m'applaudir en me disant : tu sais pas coiffer , on a maintenant tous la gueule de maître yoda, mais on tient à féliciter ta bravoure et ton courage .

Voilà mon postulat de base, celui dans lequel je me morfonds depuis des années. Qui fait rimer performance avec entraînement et résultat limité avec fainéantise sportive. J'avais trop vite oublié les cas particuliers, faisant de la généralisation simpliste une réflexion intellectuelle de ( très ) bas étage.

Un bon coup de pied au cul est souvent nécessaire pour mettre en perspective nos croyances.
et la reid VTT s'en est admirablement chargée.



J'ai toujours présenté certaines facilités en course à pied comme en natation. Sans être le meilleur du monde , ces deux disciplines m'offrent la possibilité de me mêler à la première partie du classement d'une épreuve. J'y ai des réflexes, j'y progresse rapidement et je récupère un niveau correct sans forcer outre mesure.

Le vélo, s'avère différent. Sans que je sache trop pourquoi , mon niveau de base est faible. Ma progression est lente et laborieuse. Je me suis souvent interrogé sur une explication plausible à cet état mais sans obtenir de réponses fermes et définitives. Je m'estime manquer de puissances dans les cuisses et pêcher techniquement (surtout en VTT).

Je fais des efforts , m'entraîne avec sérieux  mais n'obtient pas la progression que je suis en "droit" d'attendre avec un tel degré de travail.

Cette année, une sciatique m'empêche de courir autant que je le souhaiterais. J'en ai donc profité pour affronter de nouveaux défis. Les raids VTT et la natation longue distance en eau libre .
Je vais tout de suite évacuer le second cas (qui aura lieu le 16 juin à Paris et qui sera détaillé ultérieurement) pour m'attarder sur le premier.



Dans ma quête perpétuelles de challenge j'ai opté pour une participation à la reid VTT du côté de Liège en Belgique.
95 kms, 2700m D+. Du costaud et de l'inconnu pour ma courte expérience à deux roues.

Un formidable tracé , balisé sans anicroches et jalonné de 24 côtes plus ou moins longues et raides.
470 bikers au départ.
Je suis tellement sûr de mon coup que je pars ... 470 ème. Ma technique de course est simple : aucune ambition autre que de finir !



Dès le départ, ça va trop vite pour moi. Je ne me fais pas doubler pour autant , vu que je suis déjà dernier. Pas de voiture balai non plus, c'est déjà ça.
Devant moi, les gros , les vieux, les tricycles, les marcheurs vont tous plus vite. Un cauchemar. Je me fais larguer au bout d'un km ! Même le photographe officiel de l'épreuve que l'on croise au début du parcours est déjà en train de ranger son matos pour se placer à un autre endroit du circuit. Oh la loose.

J'essaye de me calmer, de me recentrer et de rentrer dans une bulle afin de tourner mon esprit vers le seul objectif du jour : finir correctement.

Dès les premières pentes , la donne change un peu et je commence enfin à doubler. Pas beaucoup mais les quelques places glanées me font le plus grand bien.
D'ailleurs, je crois que je double plus grâce aux crevaisons adverses qu'à la force des jambes ...

Le parcours est éreintant, mais superbe. Le terrain sec va drôlement faciliter notre journée. Les ravitos (4) sont copieux et me permettent , en m'attardant peu,  de gratter aussi quelques positions.



Dans toutes les situations , il y a toujours un gars profiteur. Celui qui suce les roues pour vous planter dans les 100 derniers mètres, celui qui s'impose alors qu'on ne l'a pas invité ... ben ce gars , aujourd'hui, j'ai l'impression que c'est moi, en attente d'un ravito ou d'un problème mécanique pour pouvoir avancer dans le classement. Appelez moi l'opportuniste !

Plus le temps s'écoule , plus les kms avancent et le dénivelé s'empile. Les 20 derniers kms me font vivre l'enfer. Je n'ai plus rien dans les jambes, le vélo commence à déconner et je me sens en perte nette de lucidité. Une barre dans la nuque (j'ai bien dit la nuque hein) restreint mes mouvements . Je ne peux plus tourner la tête sur les côtés.



A vélo, on ne peut pas tricher ou se voiler la face. Si le tracé est délicat , tu changes ton braquet pour pouvoir surmonter une difficulté passagère. C'est sympa,  cela permet de pouvoir passer partout. Mais quand les jambes sont épuisées, et que tu te rends compte que tu ne peux plus rien changer parce que tu es déjà sur le rapport le plus facile, tu prends obligatoirement conscience  de la panade dans laquelle tu te trouves.

Au début, tu ne veux pas le croire. Tu es persuadé que les disques doivent toucher les plaquettes de frein ou que tu es victime d'une illusion d'optique sur le profil du terrain que tu es en train d'affronter.
Puis , tu prends conscience que ta langue pend, que tes jambes sont raides et que chaque côte te gonfle sérieusement.



Le diagnostique est simple : overdose d'effort.
Prescription : Un tour chez Macdo et dodo.

Les derniers hectomètres me laissent le temps de profiter de mon exploit (car pour moi cela l'est !). Je suis fier , prêt à bomber le torse , à vanter mes mérites lors d'un récit dithyrambiques . Je suis déjà en pleine recherche d'une façon originale de franchir la ligne d'arrivée (peut être à pieds avec le vélo brandi à bout de bras ou en wheeeling ) pour faire exulter la foule qui patiente.

Je dépasse les derniers arbres de la forêt, dernier virage et l'arche se profile. Vide. Posée là, seule . Manque que le buisson sec entraîné par le vent et on était au milieu d'un western ...



Ben merde ? Ils sont ou ?

Humiliation suprême. Tu arrives et tout le monde s'en branle. Pas que je fais ça pour les autres mais un accueil chaleureux pour te sentir vivant, survivant même.
Et rien. Pire, j'arrive en plein podium masculin.
C'est dire la branlée que j'ai reçu. Les podiums c'est toujours le truc chiant que t'attend trois plombes. Personne n'y assiste sauf les concernés tellement que l'attente est longue. Et ben moi aujourd'hui je suis dans la peau du mec que tout le monde regarde en se disant "il aurait pu s'entrainer quand même !"



Comme je ne suis pas maso et que l'humiliation a ses limites , je ne m'arrête pas et rentre directement à la voiture avec un petit sourire style "je l'ai fait en mode ballade "alors que je suis carbo complet .

J'arrive sur le grand parking bondé en me disant que cela ne pouvait être pire et je découvre finalement qu'il ne reste plus qu'une seule voiture garée : la mienne.
Oh le boulet !

Leçon d'humilité, leçon de vie. On a jamais fini d'apprendre.

283ème/470 partants et 359 arrivants.6:38:55



Côté organisation :

RAS, élue organisation de l'année et j'ai vite compris pourquoi.
Tout est nickel.
Le parcours est exigeant et je ne l'imagine même pas humide !
4 ravitos copieux dont le dernier bio.
une paire de chaussettes offerte pour les 1000 premiers inscrits.

Côté perso : 
J'ai repéré sur le calendrier le "Grand Raid Godefroy" en septembre (160 km , 4100 D+). Avant de m'y inscrire, je voulais réaliser un test grandeur nature pour voir. Ben j'ai vu. Je vais encore attendre avant de m'y engager.

Résultats : ici


Prochaine étape : Rando VTT de Leernes







vendredi 18 mai 2018

Dans la basse cour

Toute action a une raison d'être. Que cela provienne d'un passé que nous cherchons à enterrer ou d'une carence qui nous a sculpté, la moindre de nos décisions prend son origine dans l'expérience personnelle de chacun.

Je n'échappe pas à la norme.

Les années passent et je continue de tester de nouvelles méthodes susceptible de me faire progresser. Que cela soit au niveau de l'entraînement, de la récupération ou de la gestion du ravitaillement, je reste un éternel explorateur .

Nouvelle lubie : la consommation de graines.  Faut avouer , qu'actuellement , c'est la mode.
Fini les cacahuètes et autres pistaches que nous trouvons aux apéros. Trop classique.

Maintenant , tout le monde bouffe de la graine de courge, du tournesol, des mûres blanches ou des acérolas déshydratées. Paraît que ça apporte beaucoup de bonnes choses ( des vitamines , des oligos éléments ...)  et que les bienfaits seraient nombreux (coupe faim, accroissement de la longueur du pénis, apport de la paix sur la planète, lutte contre la famine ...)
Vous l'aurez donc compris , j'ai succombé à mon tour à cette tendance bobo.

Malheureusement, cette habitude présente un effet pervers souvent dissimulé aux gens. Trois fois rien, une légère contrariété mais qui explique tout de même la démarche guindée de cette frange de la population ...
Les graines , ça attire les poulets.

Pas ceux du Gers ou de Bresse , bien en chair et au poitrail musclé dont la croissance dans les prés leur offre une musculature savoureuse et une stabilité d'esprit. Non , pas du tout, ce serait trop bien.
Chez moi, cela m'a fait rencontré du poulet belge. Malingre au point d'en devenir agressif, compréhensif comme un pitbull accroché au visage d'un enfant de 3 ans et à qui on demanderait de lâcher prise.

Même son caquètement est différent. Les trilles enjôleuses lancées sur les collines des vastes prairies sudistes ne se retrouvent pas chez le poulet belge . Victime de laryngite à répétition et de dépression chroniques (sombre histoire), il adopte un ton moqueur, grave, faisant passé le citoyen lambda  pour un terroriste ou un assassin fou à interner d'urgence.

Je suis bien conscient que certains doivent se demander si je ne suis pas devenu fermier ou si ce blog ne serait pas en train de glisser vers une encyclopédie numérique de la volaille ...
Pas du tout. Bougez pas, je vous explique .

Jeudi de l’ascension. Férié en France, comme en Belgique.
L'alchimiste ( que vous avez pu découvrir lors d'un off passé ) m'invite à découvrir quelques côtes mythiques du tour des Flandres : le mur de Grammont avec sa chapelle ainsi que le Bosberg. Quelques 110 kms de route afin de réaliser une belle boucle dont le départ est prévu à 6 h du mat à Mons, sur la place Nervienne.



La sortie est sympa, tranquille sur l'aller, nous discutons de tout et de rien. Je reste à l'écoute de mon  acolyte source inépuisable d'anecdotes enrichissantes.



L'arrivée en Flandres ne peut se louper . Les noms des communes comme des lieux ne laissent planer aucun doute !
Muur de Geraardsbergen, Bosberg Geraardsbergen, Muur Kapelmuur, ça sent bon le bocage, les pavés et les pourcentages aigus.



Au retour, nous ne tergiversons pas et accélérons sensiblement l'allure pour revenir vers notre lieu de départ.



En abordant la banlieue de Mons , un feu rouge se présente à nous. La loi est claire, sans ambiguïté. l'arrêt est obligatoire. Je ne le nie pas .
Mais avec les cales automatiques, la fatigue du reste de la sortie, nous avons seulement ralenti, observé l'absence notable de véhicules en ce jour férié et traversé la route.
Nos yeux de lynx auraient du se rendre compte que postés plus haut , près d'un bar, deux policiers étaient en train de s'ennuyer ferme.

La suite va être cocasse.

Ignorants que nous étions suivis, nous avons décidé de faire une pause sur la place principale de Mons afin de faire des papouilles à la statue du singe qui porte bonheur (en fait , il fonctionne pas trop).
Quelques clichés, quelques regards pour ce beau lieu et nous enfourchons nos montures pour parcourir le dernier km du jour.

L'alchimiste dispose de cale pieds, plus rapides à chausser. Il repart donc plus vite que moi qui suis encore en train de ranger l'appareil photo. Au moment de clipser la cale j'entends quelqu'un m'appeler. " Monsieur"
Et c'est parti pour la galère ...

2 policiers s'extraient d'un fourgon et m'accusent , à juste titre,  d'avoir grillé un feu rouge à vélo. Je ne nie pas, ne m'énerve pas et admet la réalité de mon infraction.
Ils me demandent ma carte d'identité ... que je n'ai pas ,me demande si j'ai de quoi payer ... je n'ai pas non plus.
Verdict : on vous embarque avec votre vélo dans le fourgon.
 L'arrière d'un fourgon de police n'est pas prévu pour recevoir un vélo. Ma bécane a du mal à rentrer. Mais Tic et Tac s'en moquent.



Direction le commissariat.
Une fois sur place, les cowboys tentent d'obtenir le nom de mon partenaire. J'ai beau leur expliquer que j'ai un blog de course à pied , que cette sortie s'est prévue la veille sur facebook et que je ne le connais que sous le nom de l'alchimiste ... rien à faire.
Nous passons donc à la suite : le paiement de l'amende.

Je leur confirme que je ne dispose pas d'argent sur moi mais que je suis garé à la place Nervienne ou se trouve mon porte feuille.
Bud Spencer et Terence Hill me demandent donc d'aller chercher le nécessaire. Je leur fais la remarque que cela ne me dérange pas mais que je ne peux marcher longtemps avec les chaussures de vélo car cela risquerait d'abîmer les cales .
Ils en ont visiblement rien à foutre ...et je pars donc pieds nus jusqu'à ma voiture.

Emprunter les rues de Mons en tenue moulante de cycliste et pieds nus avaient un relent de bad trip.

L'alchimiste m'attendait là . Me voyant arrivé pieds nus et sans vélo, sa première idée fut que je m'étais fait braquer. Pire, je me suis fais embarquer par les poulets .
Il se propose de m'accompagner,  mais l'amende aurait été doublée. Alors il me file 10 euros pour partager la douloureuse pensant que celle ci ne devrait pas monter bien haut ...

Le temps d'enfiler un jogging , de chausser des baskets et j'entame le chemin inverse pour retourner au commissariat. C'est beau Mons, c'est juste con de le découvrir comme ça.

Je passe sous le détecteur de métaux qui se met à gueuler. Des idées de fouille intégrale, de toucher rectal me passe par la tête mais Batman et Robin ne doivent pas me trouver assez sexy.

Je sors la carte bleue . Il m'annonce qu'aujourd'hui je n'ai vraiment pas de chance puisque le serveur CB vient de planter et qu'il leur faut du liquide. Louche mais ai je vraiment le choix ?
Par la même occasion , j'apprends que l'amende est de 174 euros. Comme pour une voiture.

En gentlemen, ces messieurs se proposent de m'escorter jusqu'au distributeur. Là , visiblement, j'ai le droit de monter à nouveau dans le fourgon. Ça doit moins les faire marrer de me voir avec des baskets plutôt que pieds nus.

Devant la banque, après l'ouverture de ma portière, les passants s'écartent. Ils me regardent avec une crainte dans les yeux. Est ce le nouveau Jacques Mesrine ?
Non, juste un gars qui a franchi un feu rouge à vélo.

Je retire 175 euros, leur donne l'ensemble mais ils me demandent l'appoint ... que je n'ai pas. Alors il se propose de prendre l'argent et me demande de réclamer à l'état Belge l'euro en trop.
Des comiques !  La réincarnation de Chevalier et Laspalles. Gardez l'argent les gars et buvez un coup à ma santé en vous foutant de ma gueule ...

Le reçu étant complété, ils m'annoncent qu'ils doivent partir en intervention et que je dois me débrouiller pour rentrer récupérer mon vélo au commissariat . Magnifique, encore une ballade pédestre !
Mais avant de partir, ils n'hésitent pas à souligner la chance que j'ai eu de tomber sur des policiers compréhensifs et que j'aurai pu rester en GAV pendant 12 heures comme l'autorise la loi Belge.
Faut que je les remercie en plus ?

La récupération du vélo ne posera pas de problème.



Voilà donc une journée bien commencée et qui se termine mal. Tout ça parce que j'ai consommé des graines. Putain de mode à la con .


Éclaircissement :
Traversée au feu rouge n'est pas bien. C'est interdit et telle est la loi.
Je n'incite en aucun cas à traverser une route alors qu'un feu rouge est allumé.
Ceci étant dit, mon caractère est le même que celui d'un âne. Plus tu veux que je fasse quelque chose moins je le ferai.
Je vous laisse donc réfléchir à ma prochaine réaction face à un feu tricolore .

J'aurais admis sans difficulté une remontrance.
Pour l'amende , je trouve ça sévère mais je suis heureux de constater que la Belgique est un pays si tranquille que les policiers ont tout le temps pour s'occuper des cyclistes.
Merci encore les gars pour votre générosité et votre compréhension, je sens que ma relation avec la police s'est améliorée avec cette histoire.

Pour info, deux mois avant, ma femme (c'est vrai qu'elle est sexy ...) se fait arrêter portable à l'oreille, sans papiers et s'en sort avec une simple réprimande. J'aurais du naître blonde à forte poitrine ... cela aurait incité les chicken little à plus de mansuétude ...



Merci à l'alchimiste pour la sortie et pour avoir participé pour moitié au paiement de l'amende. Classe.



dimanche 13 mai 2018

VTT : la rando du judo de Beaumont

Après des semaines de soleil, il fallait bien que cela cesse un jour ou l'autre.



Du coup, avec ce voyage en Belgique (Beaumont) , je ne suis pas seul. La pluie m'accompagne.
Heureusement, elle n'aura pas le temps de rendre les 62 kms du parcours trop gras.
Au final : du roulant, quelques ascensions , dès le début du circuit, délicates . Et comme d'habitude chez nous : des orties, de la forêt (près du lac de l'eau d'heure), des chemins, des fermes et du bitume.

Côté organisation : trois ravitos , bon fléchage, bénévoles sympas (mais mouillés et frigorifiés).
Sans chichis. simple et efficace. A la belge quoi !

VTT : la pierrafeu de Trélon

Et une de plus !

 

Aujourd'hui, sous un beau soleil printanier, c'est la commune de Trélon qui m’accueille pour participer à la rando VTT "la pierrafeu".
58 kms roulants, mélange de chemins , de sentiers forestiers et d'une petite incursion en Belgique.



Pour la petite histoire, l'idée du nom de cette rando provient d'une épreuve à laquelle ont participé certains membres de l'équipe d'organisation : la frappadingue. Célèbre course à obstacles (dont le but est orienté vers la rigolade plutôt que vers la performance), qui incite fortement les participants à venir déguiser. Les membres du club de Trélon participèrent à une des éditions grimés en hommes des cavernes ... d'où , la pierrafeu !

Bonne organisation, Bénévoles sympas, pas de problèmes de fléchage , deux ravitos sur le parcours .
Sandwich, boissons à l'arrivée et tombola.
inscription à 5 euros.

Prochaine sortie : la rando VTT du judo de Beaumont.


jeudi 3 mai 2018

VTT : rando des moulins 37 kms



Seconde rando VTT en 3 jours .
Autant le dire de suite, le parcours doit être sympa lorsqu'il est sec. Par contre, lorsque la pluie est tombée la veille et l'avant veille , la rando est devenue infernale .

 

La terre argileuse, gorgée d'eau, accroche les roues, bloque leur rotation et abime le matériel.
Ce fut la plus difficile des randos que j'ai pu réaliser. Nous l'avons terminé avec le sentiment d'avoir survécu à une véritable épreuve .



Côté organisation:
quelques couacs de balisage ont rendu l'ensemble imparfait,
deux ravitos ,
des gens sympas,
une bouteille de vin ou un pot de confiture à l'arrivée,
8 euros l'inscription,
un tuyau pour nettoyer le vélo mais faut avouer qu'ici les bike wash ont rarement leur utilité !



Merci aux organisateurs !