mardi 10 mai 2016

Raid des 5 villages, longue distance


 Me voilà à nouveau en quête d'aventure ! j'ai déjà  pu tester la course sous toutes ses formes (bitume, trail, obstacle , organisation ...), j'ai pu essayer les randos vtt, les cyclos, les triathlons, les duathlons, les aquathlons mais jamais, oh grand jamais , je n'avais eu l'occasion de participer à un raid.

C'est désormais chose faite.

Il faut savoir que pour ce genre d'épreuve , il faut monter une équipe et donc bien choisir son camarade d'épopée. Le choix fut dur, car restreint. Trop de saloperies énumérées sur mon blog m'ont créé quelques inimitiés (j'ai pourtant rien contre les hommes qui apprécient les personnes âgées). De fait, au final , mon choix a été simple puisqu'il ne restait qu'une personne disponible : JF.



A l'origine , nous devions nous aligner sur le swimrun du barrage de l'eau d'heure. Cependant, la chaleur excessive de l'eau vive belge (11°c) nous a fait craindre un coup de chaud. Dommage et paraîtrait il que l'an dernier c'était encore plus chaud (13 °c). Étouffant ! limite sauna.

Du coup nous voilà en plein cœur de la Belgique pour vivre une nouvelle expérience.
Si j'étais parti à la pêche aux crocodiles, je serai parti avec Crocodile dundee.
Si j'étais parti à l'assaut d'une montagne, je serai parti avec Maurice Herzog (quand il était vivant , maintenant il grimpe moins bien ...)
Si j'étais parti à la pêche aux cougars , je serai parti avec Charly.
Mais si je devais participer à un raid , j'aurai choisi JF.

Le gars sûr, sympa, toujours relax. Évidemment, toutes les informations qui vont suivre seront réfutées, voire tournées en dérision mais vous me connaissez maintenant je n'exagère jamais , la vérité et seulement la vérité, tel est mon crédo !



L'adage dit qu'au pays des aveugles , les borgnes sont rois. Il faut savoir qu'au pays des madres, c'est JF le roi. Vu l'état mental de cette troupe (aperçu lors du night trail), je n'ose imaginer l'état psychologique du gars qu'ils ont nommé à leur tête. Le mec doit frôler la psychopathie ou un truc dans le genre.
Et c'est pour ça que je l'ai choisi : la peur est le plus grand des moteurs. Avec un ce type au cul, j'ai jamais couru aussi vite, ni pédalé aussi longtemps !

Je me suis pourtant rendu compte que mon diagnostique initial était erroné. Point de psychopatie, le JF est sympa, toujours à demander des nouvelles, à s’intéresser aux autres ... j'ai donc changé de point de vue et j'ai opté pour une sociopathie. Trop gentil pour être honnête. c'est louche.

Mais le JF a une autre grande qualité : il est vicieux. Oui, on dirait pas comme ça , mais c'est une qualité.
voici quelques exemples :



- Un duo un peu dangereux au classement : on lui fout un bidon de 5 l de flotte dans le sac (même si les gars sont du même club que nous !). Seul hic, le duo en question composé de François et Damien ne boit que rarement de l'eau ...et c'est là que l'idée est géniale. Avec de la bière , ils auraient été gênés pendant 30 minutes, le temps de se siffler le fût mais avec de l'eau , pim ! , emmerdés jusqu'au bout !



- Le run and bike en raid ne se déroule pas de la même façon qu'un run and bike traditionnel ou le duo doit toujours rester côte à côte. En habitué, JF m'a briefé à l'avance :"tu pars à vélo , tu prends 200 m d'avance , tu déposes le vélo et tu te barres à fond !" 5 kms plus loin à 3'20 au kms son teint blafard m'a fait comprendre qu'il regrettait déjà son briefing ! "c'est trop rapide pour moi " qu'il dit . Merde JF , il reste 55 kms !
Je ne suis pas tombé des nues ,j'avais déjà relevé des indices d'une surchauffe prématurée : là ou au début il cherchait un poteau, une barrière pour poser tendrement le vtt, à la fin il le balançait dans les champs !



- Mais son vice nous aura surtout servi dans la localisation des balises. Les flics ont des profilers pénétrant la tête des assassins, les orienteurs ont des JF décryptant la façon de penser des organisateurs. A chaque arrêt la même question : "si j'étais à leur place , ou aurais je mis cette foutue balise ?" Les réponses étaient surprenantes et m'ont fait découvrir de nombreux endroits !
Car si JF était la tête de notre binôme , moi j'étais les jambes. Le larbin de Monsieur, qui devait aller poinçonner la petite carte :
- Il m'a envoyé fouiller une mare, l'eau profonde de 30 cms m'arrivait au menton.
- Il m'a fait escalader plusieurs arbres et pas des frênes ou des chênes, non , non , du séquoia géant .
- il m'a demandé de forer un tas de fumier d’où s'échappait un doux fumet.
-Il m'a ordonné de fouiller un champ d'orties à mains nues sous prétexte que les gants du vélo altéraient la perception sensorielle et que je n'allais pas ressentir les vibrations de la balise.

Bref , des idées cons , visiblement bien loin de celles des organisateurs qui se contentaient d'accrocher les précieuses balises à des arbres ! Il s'est cependant bien marré ...

Le problème , c'est qu'avec ces mésaventures, j'étais physiquement au plus mal, les mains brûlantes d'eczema, les vêtements trempés et puants et commotionné par une paire de chutes .
Mais cela ne lui a pas suffit ! il avait visiblement reçu des doléances bien précises .

Alors , après mon physique , il s'en est pris à ma stabilité psychologique !
"Tourne à gauche , à droite ", jusqu'à là je pouvais suivre.
"attention , enchaînement gauche, droite, gauche, gauche" là déjà je commençais à trembler
puis il s'est fait plus précis , "attention virage obtus à gauche enchaîné avec un aigu à droite" . On m'avait pas dit qu'il fallait que je prenne un manuel de géométrie !
enfin, il m'a achevé sur "rotation gauche  à 11h, virage à 95°c droite". J'avais mes bras tendus devant moi, je cherchais le 12 h , j'étais en panique totale, j'avais même oublié mon rapporteur à la maison ! mais je suis enseignant en maternelle moi ! je connais pas les heures , les angles et le vocabulaire qui va avec ...
j'étais déboussolé .



Contrairement à lui d'ailleurs.
"On va vers où maintenant JF ?" . Le bonhomme m'a regardé avec son air le plus sérieux et m'a rétorqué : "j'ai la flemme de sortir la boussole du sac" puis a regardé le ciel, le soleil et m'a dit en tendant son doigt vers l'ouest "c'est par là". De l'orienteur de compétition vous ai je dit ! ou un grand truand ... à vous de juger .

Entre une chose et l'autre, notre périple nous a amené à la partie course à pied. Ne voulant pas se faire chahuter comme durant le run and bike , notre ami s'est tout de suite plaint de crampes à la cuisse . Ben voyons ! Fini les 3'20 au km et bienvenue à la contemplation du paysage ! on a même réussi à ne pas écraser d'escargots dans la zone boisée .

Avec tout ça , l'aventure touchait à sa fin.

A ma grande surprise , nous avons gagné . L'imposteur était peut être plus doué que ce que j'imaginais . Nous avons même mis 35 minutes de moins que les seconds . Ce devait être une course cotorep ou truc dans ce genre ce n'est pas possible sinon.

La seconde équipe madres (François et Damien) a disparu des radars . En analysant leur trace gps , nous nous sommes rendus compte qu'ils s'étaient arrêtés à chaque estaminet pour se ravitailler .
La troisième équipe madres (Laurence et Leslie) s'est perdue à la balise 10 ou 24, plus de nouvelles depuis. Tragique disparition dans le triangle des Bermudes belge.



Coté course :
Le raid était constitué de 5 kms de run and bike / 45 kms de VTT avec 24 balises à trouver / 9 kms de course à pied / 15 kms de vtt avec 4 balises.
Les départs étaient échelonnés : chaque minute une équipe débutait.
Nous sommes partis 15ème pour nous retrouver en tête rapidement.
Nous n'avons pas traîné mais la principale différence s'est faite sur l'orientation. JF a fait les bons choix, a su lire la carte pour nous faire passer par des portions parfois plus longues mais plus carrossables et donc au final plus rapides. Sa connaissance , en tant qu'ex futur organisateur du raid Sunny hill nous a permis de trouver quelques balises bien vicieuses.
Le temps en plus était au rendez vous . Un moment très agréable et une expérience que je souhaiterais renouvelée rapidement .

résultats ... ICI !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire