dimanche 26 mai 2013

le trail de la fraise 2013


Et dire que les quatre premiers mots du récit de l'année dernière étaient : "en ce dimanche caniculaire ..."
Autant le dire tout de suite , nous en étions , cette année , très loin. D'abord car le thermomètre flirte avec les 10 degrés accompagnés d'un léger vent. Puis car depuis plusieurs semaines la pluie tombe régulièrement rendant le circuit par endroit bien boueux.
Heureusement, le ciel aujourd'hui ne déversera aucune trombe d'eau. En cette période froide, on finit par se contenter de pas grand chose ...

L'entraînement ayant commencé récemment, je préfère m'aligner sur le 15 kms et ne pas défendre ma 4ème place acquise de haute lutte l'an dernier sur le 25. Je suis toujours en phase de vitesse, les longues séances de grand fond attendront encore un petit mois.
 La forme du moment semble correcte, encore du poids que j'ai du mal à éliminer mais cela viendra. La semaine d'entraînement  a été plus que light par fainéantise (effet de la météo ?) et à cause du travail. Par contre , mon genou me refait mal. j'insiste sur les étirements et je valorise des parcours plats.

C'est donc dans ces conditions que j'aborde cette seconde course de la saison. Objectif habituel : se défoncer et obtenir un classement sympa.
Après coup, il me reste un arrière goût d'inachevé. La raison principale en est simple et j'en suis le seul fautif. Après l'échauffement classique pour tester mon genou qui à l'air de tenir, je me dirige vers la ligne de départ ou je me retrouve au fin fond du classement. Je tente bien de m'insérer dans les petits espaces pour grapiller quelques positions, mais le mal est fait, je vais devoir m'extraire de la masse.

Malheureusement, le début du circuit ne permet pas cet exploit et je vois les 3 premiers kms s'égrénés doucement avec une perte de temps conséquente que je ne pourrai jamais rattraper (4'44/4'26/4'15). Dommage.
Comme l'année dernière , le parcours offre un large panel des revêtements typiques du nord : des chemins pavés, des monotraces entre les pousses de maïs, des petits raidillons, des sentiers en bordure de champs entrecoupés de 4 ravitos permettant de laisser la poche à eau dans la voiture.

Nous aurons aussi droit aux deux "monuments" du trail de la fraise : la traversée (fraiche cette année) de la rivière avec la remontée sur le filet,
et bien entendu la somptueuse quoique trop courte traversée du fort de Maulde aux lueurs des bougies et au son de musique classique.
Deux incontournables que j'ai eu grand bonheur à retrouver.

Revenons à la course. Dès le second km , nous commençons à doubler les retardataires du 25 partis 15 minutes avant nous. Les deux circuits se sépareront vers le 13ème km. Du coup, impossible de savoir, lorsqu'on double quelqu'un, de quelle course il fait partie.
De mon côté, je peux enfin courir à mon rythme sans être gêné. Les kms passent vite et je m'arrête à chaque ravito pour boire . Je reste un long moment avec un coureur du club de Wallers qui me permet de maintenir un rythme intéressant et efficace. La boue présente ponctuellement par endroit ne gêne pas tellement les foulées et nous enchaînons les bornes à bonne allure ( 3'56/4'03/4'02/4'01/4'11/4'12/4'08/3'58/3'53/3'52) tout en grattant des places.
Comme le montre les temps , hormis un petit passage style bicross dans une forêt (4'28) et quelques passages sur palettes rendues glissantes par l'humidité, toutes les difficultés se concentrent au début du parcours (ascension et traversée du fort de Maulde 5'11). Le reste du circuit est plat et aboutit par un ultime chemin caillouteux puis pavés extrêmement roulant.
Le temps passe vite, mon genou tient toujours le choc et autant dimanche dernier je finissais complétement vidé autant aujourd'hui, il m'en restait encore dans les jambes .Malheureusement pas suffisamment pour doubler le ch'ti marathonien mais assez pour garder ma place (18ème) et franchir la ligne en 1:02:45. Dommage pour cette minute trente perdue au début ...

J'observe avec plaisir que le sas d'arrivée a été agrandi afin de répondre aux remarques des coureurs (je suppose !) preuve d'une orga réactive et à l'écoute des participants. Le reste correspond parfaitement aux observations de l'année dernière : fléchage impec, ravitos nombreux et fournis, parcours sympa, bénévoles cools, stands de retrait de dossards très clairs ...
Bref, nickel !
La seule chose qui me chagrine est la présence sur un même parcours de plusieurs distances rendant la lecture de la course impossible d'autant que la séparation entre le 15 et le 25 ne se fait que tardivement.
Voilà le seul défaut de cette course qui me verra revenir avec grand plaisir pour la 9ème édition en 2014 !

Prochaine échéance ( si le genou le permet ! ) : les 12.5 kms de Saint Rémy chaussée le 1 juin.

résultats ... !
récit de l'an dernier sur le 25 ...ICI !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire